Covid-19 : Nigloland se prépare à trois scénarios pour son ouverture, explique Rodolphe Gélis dans un reportage et un article accordés à France 3 Grand Est.

Quels sont ces scénarios ?

Dans un article et un reportage de France 3 Grand Est consacré à Nigloland, Rodolphe Gélis a répondu aux questions de Clément Meunier et Brice Bachon.

On suit ça de près depuis décembre, avec l’évolution du covid19. On savait que si le virus arrivait en Europe, on serait fortement impacté. Comme l’ensemble des sites touristiques. Pour ceux qui ont rouvert en Asie, il n’y a pas de spectacle, des limites dans les files d’attente, des prises de température des clients et même des applis de tracking pour voir si certains clients sont porteurs du virus, ou ont été touchés par le covid. (…)
Dès le début de la crise, on a fait 3 simulations.

Une ouverture début juillet ?

Le premier scénario pour lequel Nigloland s’était préparé, c’était à une possible ouverture en juillet. Mais depuis les annonces du Président de la République Emmanuel Macron lundi 13 avril, le directeur d’exploitation de Nigloland ne se fait plus d’illusion :

Il ne faut pas se faire d’illusion, il n’y aura rien avant mi-juillet, et il nous faut un mois avant de réouvrir le parc, pour préparer les restos, assurer le nettoyage, remettre en route les manèges, dont la nouvelle attraction…On est comme toutes les entreprises, on attend une visibilité pour savoir quand on pourra retravailler.

Une ouverture en septembre ou une année blanche ?

On a envisagé une réouverture en septembre et le troisième, le worst case scénario, c’était de pas ouvrir de l’année.

Dans les 3 cas on a évalué nos finances et notre trésorerie. Nigloland c’est une PME qui a les reins relativement solides donc on peut passer une année sans ouvrir.

Nigloland a donc les ressources financières pour tenir une année sans ouvrir. Mais une autre inconnue a été soulevée par Rodolphe Gélis :

Les gens auront-ils envie d’aller aux lacs, au resto, vont-ils se ruer sur les sites de loisirs ? Même si c’est humain, car on n’en peut plus, cela reste une vraie question, on ne sait pas.

Quel impact sur l’emploi et le recrutement saisonnier ?

Toujours selon Rodolphe Gélis :

Nos salariés sont tous confinés chez eux, une petite partie continue à travailler sur l’entretien, d’autres surveillent la nuit. Certains travaillent sur les jardins pour que le parc ne ressemble pas à une jungle, et enfin, l’équipe administrative gère les contrats, les payes et réalise des simulations pour analyser les conditions d’une éventuelle ouverture.

Selon France 3, le recrutement des 450 salariés saisonniers de Nigloland n’a pas été jusqu’à sa finalité.

Nigloland travaille main dans la main avec de département de l’Aube

Nigloland et le Comité Départemental du Tourisme de l’Aube réfléchissent déjà ensemble, pour, selon Christelle Taillardat :

trouver des offres un peu différenciantes, tout aussi intéressantes pour les gens. Évidemment on compensera pas la perte des 650 000 visiteurs par an, mais il faut limiter la casse.

Et pour les travaux ?

Dans le reportage de France 3, on a pu voir que les travaux pour la nouveauté 2021 ont l’air de se poursuivre, avec un effectif très certainement réduit.

En conclusion

Comme depuis le début de cette épidémie de Covid-19, on ne peut pas savoir quand Nigloland pourra réouvrir ses portes aux visiteurs, mais surtout dans quelles conditions. Il va falloir attendre, et peut-être un long moment.

📸 Crédits Photos : France 3 Grand Est, Nigloland, Niglofans